Le pain en abonnement

La Poste livre du pain frais




Pour une fois, la bonne odeur de pain frais ne vient pas du fournil, mais de la boîte aux lettres. Comment est-ce possible? «Brot-Post» est le nom de la prestation que la Poste fournit en collaboration avec des boulangeries locales.


Un croissant avec le café, un pain aux fruits comme en-cas et une tresse au beurre pour le week-end: les produits de boulangerie nous accompagnent au quotidien. Toute offre répond à une demande: à l’heure actuelle, on peut acheter du pain dans les supermarchés, les boutiques des stations-service ou même dans des kiosques. C’est éminemment pratique du point de vue du client, car l’achat de pain peut ainsi accompagner d’autres emplettes. «Nos clients préfèrent le pain frais du boulanger, mais le déplacement à la boulangerie est souvent compliqué», explique Jasmin Spycher, responsable de projet à la Poste. «Et le fait que le pain peut être pratiquement acheté à chaque coin de rue confirme cette tendance».


La voie du pain passe par la boîte aux lettres


Comment nos bonnes vieilles boulangeries classiques vont-elles pouvoir s’imposer face à cette concurrence dans un pays d’amateurs de pain comme le nôtre? La solution est évidente: si les clients ne vont pas chez le boulanger, c’est le boulanger qui vient à eux. Le mot magique est «Brot-Post»: les clientes et les clients qui ne souhaitent pas renoncer au pain frais du boulanger, mais pour qui le déplacement à la boulangerie est compliqué, peuvent désormais commander les produits de boulangerie sur abonnement. C’est possible grâce à Brot-Post et livré par le facteur.


Il y a environ un an et demi, la Poste et la Confiserie Eichenberger de Berne ont lancé ensemble la prestation Brot-Post. La Confiserie Eichenberger s’est occupée des commandes et de la fabrication, la Poste a, quant à elle, assumé la logistique, c’est-à-dire la livraison aux clientes et aux clients. Les premiers pas ont, certes été couronnés de succès, mais ils ont également été exigeants. La boulangerie subissait une charge administrative immense et le processus de commande s’avérait compliqué et source d’erreurs. Si on voulait étendre cette prestation à l’avenir, il fallait l’optimiser. 


Une offre régionale disponible au plan national


Depuis 2019, la Poste travaille avec un système de commande nouvellement conçu: les clientes et les clients peuvent passer leurs commandes en ligne et les adapter à tout moment. La charge administrative des boulangeries est ainsi minimale, dans la mesure où elles bénéficient d’un aperçu en temps réel de leur portefeuille clientèle et de leurs listes de production. «Le système de commande permet de standardiser des procédures et la boulangerie peut mieux planifier la fabrication», précise Jasmin Spycher. «De plus, le système de commande a ouvert la voie à de nouveaux partenariats».


En effet, des boulangeries des régions de Thoune, de Bâle et de Zurich ont rejoint le mouvement lancé par la Confiserie Eichenberger, l’entreprise pionnière de Brot-Post. D’autres entreprises suivront d’ici fin 2019. À l’heure actuelle, l’extension se fait en Suisse alémanique, mais il est prévu que la prestation Brot-Post soit proposée sur l’ensemble du territoire d’ici trois ans.


Et comment la prestation Brot-Post est-elle accueillie par les clientes et les clients? «Les réactions des clients sont très positives. Le service qui permet de recevoir du pain frais du boulanger dans la boîte aux lettres est très apprécié», confirme Jasmin Spycher. «Cela montre que le pain du boulanger reste toujours unique et sans concurrence». Et que disent les boulangeries au sujet de cette nouvelle manière de vendre du pain? Raphael Stocker, directeur de la Bäckerei Stocker à Zurich, voit cela d’un œil pragmatique: «Le numérique prend de l’ampleur et les personnes sont de plus en plus souvent en déplacement. Elles achètent toutes sortes de choses en ligne ou via des applications, alors pourquoi pas notre pain?»



Les boulangeries sont les pièces maîtresses de Brot-Post


Le recours aux canaux de distribution numériques est une simple formalité aujourd’hui. Internet est plus accessible que jamais et tout un chacun peut créer une boutique en ligne en un tour de main. Pourquoi faut-il la Poste pour cela? Pour Jasmin Spycher, l’explication est simple: «La Poste dispose d’un réseau logistique unique en son genre sur l’ensemble du territoire. Notre contribution à Brot-Post est ainsi essentielle: nous assurons le transport». Une prestation correspondant parfaitement à la Poste, car elle reste ainsi fidèle à son activité de base effective. Les entreprises partenaires, quant à elles, peuvent compter sur ce réseau logistique et sur un mode de distribution attractif puisque basé sur un abonnement: «Nous disposons depuis longtemps déjà de la possibilité de commande en ligne; mais nos frais de transport étaient relativement élevés», explique Jenny Rentsch, responsable de contenu chez Sutter Begg à Bâle.


Dans un premier temps, ce sont essentiellement des entreprises de grande taille à l’aise avec le numérique qui comptent parmi les partenaires de Brot-Post. Ultérieurement, lorsque la prestation sera établie et arrivée à maturité, d’autres boulangeries plus petites rejoindront la plateforme. D’ici là, la prestation Brot-Post sera encore peaufinée, testée et améliorée. Des optimisations pour la clientèle, de nouveaux moyens de paiement ou les livraisons le samedi constituent certains des points que la Poste examine de près à l’heure actuelle. Tout comme la pâte à pain artisanale qui a besoin de temps pour fermenter avant de passer au four.

Une chose est d’ores et déjà acquise: une plateforme nationale pour Brot-Post dynamiserait les affaires et la créativité au fournil – et comme la demande le prouve, Brot-Post a de l’avenir dans les compartiments annexes des boîtes aux lettres de nos clientes et de nos clients.